Avertissement !

Je ne peux pas assurer que l'ensemble des pratiques que j'expose dans ce blog ont encore cours en 2008. S'il n'y a aucune raison que les choses soient radicalement différentes aujourd'hui, il est possible que les pathologies, les additifs et les modes d'élevage aient évolué depuis la fin de mon activité.

mercredi 26 novembre 2008

Le transport vers la salle de gavage

Pour les chargements destinés à acheminer les PAG sur les sites de gavage, les oiseaux sont coincés et saisis par une aile jusqu'à en faire une poignée de 4 ou 5 individus pour les entasser sans ménagement dans des caisses de transport. Caisses qui doivent accueillir individuellement un total de 7 sujets. Ces caisses de transport sont elles mêmes empilées par 6 ou 7 sur des petits chariots, eux mêmes acheminés et mis les uns contre les autres sur un camion (voir camion-remorque ou semi-remorque pour minimiser les coûts des transports). Très souvent le camion a déjà d'autres chariots sur le dos, remplis de cages d'oiseaux venant d'autres élevages.

Le chargement terminé, c'est le départ et un voyage fastidieux au gré des livraisons : 980, 968, 984, voir 1000, 1500 canards censés correspondre aux capacités des salles de gavage, ou 250, 300 pour compléter une livraison incomplète livrée préalablement. Ce petit manège de colportages que subissent les oiseaux peut couvrir un temps oscillant entre plus ou moins 1 à 9 heures environ. Déjà stressés à cause des manipulations brutales lors de leur chargement, ces oiseaux se retrouvent pendant tout le temps de leur voyage serrés comme des sardines dans leur boîte, subissent en sus du trafic 'dépositaire', les trépidations des routes (ronds points, culs de poules, etc.), affrontent les conditions climatiques du moment (sachant que la chaleur est la pire pour ces oiseaux), sans aucun moyen de s'hydrater, se déféquant les uns sur les autres ou l'odeur ammoniaquée émanant de leurs fèces les asphyxient encore plus et les empoisonnent, agressant leur gosier qu'ils ont déjà si sec...

4 commentaires:

  1. Merci pour votre témoignage, ces informations sont indispensables pour faire éclater la vérité atroce!

    RépondreSupprimer
  2. solution transport SVP?22 décembre 2008 à 19:56

    La critique est facile.
    D'autres solutions?
    Le taxis par 4
    Les couches culottes
    Un préposé aux nids de poules devant le taxis
    Un géomètre 'BELGE'pour les ronds points
    Un barman pour les gosier sec(je preferait une fille si ça dérange pas)
    bon j'arrete c'est vraiment trop atttttroce!

    RépondreSupprimer
  3. La solution n'est pas à proprement parler dans le transport qui n'est qu'"une" étape dans ce terrible processus.
    Et oui, "la critique est facile", c'est valable pour tous, commentateurs compris.

    La solution, c'est arrêter de considérer des êtres vivants comme de simples matières premières manipulables sans aucune considération, si ce n'est la minimisation des coûts.

    Bravo à l'auteur de ce blog, j'espère que cela ouvrira les yeux de certians

    RépondreSupprimer
  4. Invitation sur le thème gavage de ce blog ! On croyait ce blog endormi, et bien non, il y a des vérités qui ont l’air de commencer à sortir !

    RépondreSupprimer